Fête de la musique 2017

 

Cantus Laetus

Le Cantus Laetus de Genève est un chœur de chambre mixte formé d’une trentaine de chanteurs. Fondé par Henri Paychère en 1966, il est dirigé par Jean-Marie Curti de 1974 à 1994 et par Natacha Casagrande depuis 1995.
Il pratique un répertoire allant de la période baroque au XXIème siècle, a cappella, avec piano, orgue ou divers ensembles instrumentaux, tels que L’Orchestre de Chambre de Genève, Musica Poetica d‘Annecy et l’Ensemble Baroque du Léman.
Une attention toute particulière est portée à l’exploration d’œuvres originales du répertoire choral, peu connues du grand public, comme les Requiem de A. Campra et J. D. Zelenka, l’Oratorio Belshazzar de G. F. Haendel, Ode to death et Seven part songs de G. Holst, la Missa brevis de Z. Kodàly, la Messe op.13 de P. Hubert et Faust de Fanny Mendelssohn.
Mais il chante également les grandes œuvres du répertoire comme les Requiem de Mozart et de Fauré, Didon et Enée de Purcell et, à l’occasion de son 40ème anniversaire, le célèbre Messie de G. F. Haendel,  dans lequel il a été ovationné au Victoria Hall.
Le programme de Bonmont est un concert a capelle.

Hortus amoris

Hortus Amoris – Le jardin d’Amour  est un ensemble vocal et instrumental né à Genève en 2004 pour réaliser une serie de culte cantate à Plainpalais d’après une idée de Massimo Lunghi.
Il interprète avec bonheur le repertoire du Seicento italien jusqu’à la fin du XVIII siècle, avec quelques incursions dans le XX°. Cet ensemble réalise des productions originales visant l’interdisciplinarité de l’expression artistique (unissant à la musique les arts dramatique, pictural et déclamatoire) ou accompagne des solistes et chœurs. Hortus Amoris présente régulièrement des cycles de cantates de J.S. Bach et D. Buxtehude, ainsi que des reconstitutions philologiques afin de présenter la musique religieuse de la Renaissance au Baroque dans son contexte lithurgique et historique.
Les musiciens de cet ensemble jouissent d’une double formation, ancienne et moderne, qui leur permet de jouer sur des instruments propres à chaque époque.

Voce è spiritu

La Corse, de par son insularité, a développé une tradition unique et riche de chants polyphoniques, qui, aujourd’hui encore, se transmettent oralement et continuent à se réinventer.
Le plus souvent chantés à trois voix, ils rythment la vie religieuse et, plus largement, la vie en communauté. Du point de vue musical les chants profanes (« paghjelle », qui ont été intégrés au patrimoine immatériel de l’UNESCO) et sacrés sont très proches et se sont mutuellement enrichis au fil des siècles.
A travers eux se vit le bonheur de la polyphonie et des voix qui s’entremêlent tout en laissant une belle place à l’improvisation.
Dans leur dimension spirituelle, ils sont propices au recueillement, au partage et à l’élévation.

13 h 30

14 h 45

16 h 00

Cantus Laetus

Genève

Ensemble instrumental Hortus amoris
et ses solistes

Voce è spiritu
Chants polyphoniques corses

Direction artistique
Massimo Lunghi

 

 

 

Cantus Laetus

Le Cantus Laetus de Genève est un chœur de chambre mixte formé d’une trentaine de chanteurs. Fondé par Henri Paychère en 1966, il est dirigé par Jean-Marie Curti de 1974 à 1994 et par Natacha Casagrande depuis 1995.
Il pratique un répertoire allant de la période baroque au XXIème siècle, a cappella, avec piano, orgue ou divers ensembles instrumentaux, tels que L’Orchestre de Chambre de Genève, Musica Poetica d‘Annecy et l’Ensemble Baroque du Léman.
Une attention toute particulière est portée à l’exploration d’œuvres originales du répertoire choral, peu connues du grand public, comme les Requiem de A. Campra et J. D. Zelenka, l’Oratorio Belshazzar de G. F. Haendel, Ode to death et Seven part songs de G. Holst, la Missa brevis de Z. Kodàly, la Messe op.13 de P. Hubert et Faust de Fanny Mendelssohn.
Mais il chante également les grandes œuvres du répertoire comme les Requiem de Mozart et de Fauré, Didon et Enée de Purcell et, à l’occasion de son 40ème anniversaire, le célèbre Messie de G. F. Haendel,  dans lequel il a été ovationné au Victoria Hall.
Le programme de Bonmont est un concert a capelle.

Hortus amoris

Hortus Amoris – Le jardin d’Amour  est un ensemble vocal et instrumental né à Genève en 2004 pour réaliser une serie de culte cantate à Plainpalais d’après une idée de Massimo Lunghi.
Il interprète avec bonheur le repertoire du Seicento italien jusqu’à la fin du XVIII siècle, avec quelques incursions dans le XX°. Cet ensemble réalise des productions originales visant l’interdisciplinarité de l’expression artistique (unissant à la musique les arts dramatique, pictural et déclamatoire) ou accompagne des solistes et chœurs. Hortus Amoris présente régulièrement des cycles de cantates de J.S. Bach et D. Buxtehude, ainsi que des reconstitutions philologiques afin de présenter la musique religieuse de la Renaissance au Baroque dans son contexte lithurgique et historique.
Les musiciens de cet ensemble jouissent d’une double formation, ancienne et moderne, qui leur permet de jouer sur des instruments propres à chaque époque.

Voce è spiritu

La Corse, de par son insularité, a développé une tradition unique et riche de chants polyphoniques, qui, aujourd’hui encore, se transmettent oralement et continuent à se réinventer.
Le plus souvent chantés à trois voix, ils rythment la vie religieuse et, plus largement, la vie en communauté. Du point de vue musical les chants profanes (« paghjelle », qui ont été intégrés au patrimoine immatériel de l’UNESCO) et sacrés sont très proches et se sont mutuellement enrichis au fil des siècles.
A travers eux se vit le bonheur de la polyphonie et des voix qui s’entremêlent tout en laissant une belle place à l’improvisation.
Dans leur dimension spirituelle, ils sont propices au recueillement, au partage et à l’élévation.

Première fête de la musique en 2002